/sites/macif.com/themes/macif_artev/logo.svg

Vous êtes ici

Les Accorderies

Les Accorderies

Importé en France par la Fondation Macif, les Accorderies, un système d’échanges de services solidaire entre habitants d’un même quartier connaît un franc succès outre Atlantique. De premières expérimentations françaises sont en cours.

Rue de Crimée, le 15 décembre 2011, journalistes, élus politiques de la ville, acteurs associatifs et habitants du 19ème arrondissement de Paris se sont donnés rendez-vous dans les locaux de la Régie de quartier. On inaugure ce matin une Accorderie, la première en France. C’est trois ans plus tôt qu’Alain Philippe, Président de la Fondation Macif, avait imaginé, « fasciné par ce nouveau concept dédié à l’échange de services entre habitants d’un même quartier découvert au Québec  », importer ce système en France.

L’Accorderie parmi les systèmes d’échange solidaires

Fasciné, car si ce type d’initiatives existe déjà en France, notamment via les SEL (Systèmes d’Echanges Locaux), le principe des Accorderies s’en distingue par un système de crédit de temps : travaux de couture, bricolage, babysitting, aide au déménagement… quel que soit le service échangé, une heure rendue égale une heure reçue. Et si l’Accorderie est « un véritable outil pour lutter contre la pauvreté, elle est accessible à toute personne quelle que soit sa condition sociale ou ses revenus, dans un objectif de mixité sociale  » nous explique Alain Philippe. En outre, pas de bénévolat à l’Accorderie, si ce n’est celui des membres de son Conseil d’administration. En effet, les Accordeurs qui contribuent au fonctionnement de la structure sont rémunérés en temps, comme Thomas, 29 ans, depuis trois mois dans le quartier. « Je propose des jeux collectifs rares, comme le Möllky ou le Scopa [jeu de quilles finlandais et jeu de cartes italien, NDLR], mais je n’ai pas encore été sollicité, explique-t-il. J’aide donc Laetitia à organiser les réunions d’informations pour les nouveaux accordeurs.  » Grâce à ce système, Thomas a ainsi pu effectuer trois heures d’initiation à la photographie et une heure de conversation espagnole auprès d’autres accordeurs.

Une centaine d’Accordeurs inscrits en moins de trois mois

Laetitia, c’est la responsable de l’Accorderie. Recrutée en juin dernier par la Régie de quartier du 19ème, elle assure, depuis six mois, sa mission avec énergie et enthousiasme, après deux semaines d’immersion dans l’Accorderie « mère » de Québec. « On peut déjà dire que l’Accorderie du 19ème prend le même chemin que les Accorderies québécoises, nous raconte-t-elle. C’est un vrai succès ! Déjà une centaine d’accordeurs inscrits en moins de 3 mois et il y en a encore sur liste d’attente.  »

Bruno était l’un des premiers inscrits. C’est un de ses voisins qui lui en a parlé : « Le système de crédit de temps, c’est vraiment ce qui me plaît, cela met tout le monde sur un pied d’égalité ». L’ouverture de l’Accorderie est tombée à point nommé pour cet infirmier psychiatrique de nuit, à la retraite depuis peu : « Je vis ici depuis 1976 et je ne connaissais pourtant pas vraiment mon quartier du fait de mon métier. Je le découvre aujourd’hui d’une manière différente en faisant mieux connaissance avec mes voisins.  » C’est également l’attente de Françoise, une autre AccordeurE (appellation empruntée au Québec, NDLR) : « Au-delà du simple fait d’échanger des services, se développe vraiment une vie de quartier. » Françoise, elle, propose de l’aide aux devoirs et à la traduction en anglais et va bientôt bénéficier de son premier service : « Cela fait un mois que j’attends que le prestataire passe pour m’installer une tringle à rideaux et franchement, j’avais envie de faire appel à un accordeur. Ce sera l’occasion d’une rencontre et de mon premier échange.  »

Le réseau français des Accorderies

Pourquoi spécifiquement une Accorderie dans le 19ème arrondissement ? Un tissu associatif extrêmement actif, une mixité sociale importante et son classement, par la Ville de Paris, dans les quartiers « Politique de la ville » , nous explique Alain Philippe. La Mairie de Paris, d’ailleurs partenaire du dispositif, est très enthousiaste depuis le lancement du projet, qui contribue, selon Bertrand Delanoë, son maire, à « développer davantage d’un esprit de solidarité entre les habitants  ». Elle envisage ainsi, pour 2012, la création de trois autres Accorderies à Paris, et notamment dans le Grand Belleville et dans le 14ème arrondissement. Création de lien, égalité et mixité sociale, l’Accorderie repose sur une philosophie dont la Fondation Macif se veut la garante. Cette dernière développe donc progressivement le réseau français, avec deux expérimentations, celle de Paris et une à Chambéry, et en organisant le transfert des outils nécessaires à son fonctionnement, parmi lesquels le site Internet (www.accorderie.fr). Un temps nécessaire afin d’assurer la pérennité et la viabilité des futures structures.

Site Internet : www.accorderie.fr

 

Crédits photos : Mourad Chefaï / Macif

Les Accorderies dans Emissions de Solutions, le programme court de France Télévisions

Les Accorderies filmées au Québec

Découvrez le film réalisé sur les Accorderies québécoises, ici