/sites/macif.com/themes/macif_artev/logo.svg

Vous êtes ici

1er septembre : la Fondation Macif débat du chômage longue durée Actualité 1er septembre : la Fondation Macif débat du chômage longue durée

A l'occasion de l'Université d'été "Solidaire et rebelle", organisée à la Mairie du XVIIIème à Paris, Catherine Le Gac, Présidente de la Fondation Macif, partage son engagement vis à vis de la transition sociale et écologique.

 

 

En soutenant l'association Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD) organisatrice de cette 1ère université d'été - la Fondation Macif affirme que la croissance doit être avant tout forte en emploi et en utilité sociétale.

Pourquoi la Fondation Macif a décidé de soutenir TZCLD alors que la création d'emplois n'est pas inscrite en tant que telle dans vos thématiques de soutien ?

Catherine Le Gac : "Lorsque nous avons rencontré TZCLD fin 2017, nous avons souhaité d'emblée travailler conjointement à la définition de projets qui marient utilité sociale (fournir un emploi) et sociétale (agir positivement sur l'environnement). En tant qu'assureur mutualiste, nous sommes aux premières loges pour constater les dégâts causés en France par le changement climatique : augmentation des catastrophes naturelles, qu'il s'agisse d'épisodes de sécheresse ou d'inondations. De même, Macif-Mutualité fait également le constat des impacts de la pollution ou de la mauvaise alimentation sur la santé de ses assurés. En tant qu'acteur mutualiste, notre responsabilité sociétale se doit de dépasser la seule réponse à nos assurés pour agir vis à vis de la société dans son ensemble. C'est pourquoi notre Fondateur, la Macif, a souhaité que sa Fondation s'engage dans cette transition. En identifiant des projets à valeur ajoutée en main d'oeuvre et à valeur ajoutée sociétale sur des thématiques soutenues par notre Fondation (mobilité ou habitat), TZCLD a pu ainsi rentrer dans notre périmètre d'intervention."


Concrètement, quels projets de transition sociale ou écologique soutenez-vous ?

Catherine Le Gac : "Deux programmes ont été définis avec TZCLD. En premier lieu, sensibiliser à la pratique du vélo comme moyen de mobilité douce. Il s'agit là de faire prendre conscience que le vélo n'est pas qu'un loisir ou un sport, mais bel et bien un moyen de locomotion adapté à certains types de trajets et vertueux pour sa santé et bien évidemment, pour l'environnement.

En ce qui concerne l'habitat, la réflexion s'est rapidement orientée vers la lutte contre la précarité énergétique. Grâce aux diagnostics socio-techniques, des ménages vont pouvoir identifier et agir sur leurs pratiques énergétiques dans leur logement."


Combien de personnes vont pouvoir en bénéficier ?

Catherine Le Gac : "Nous agissons pour le moment sur deux sites pilote. Avec la communauté européenne de Lille et sur Thiers. A l'issue de ces expérimentations, qui concernent environ 150 ménages, nous dresserons un bilan pour étendre ou ajuster le programme. Notre Fondation peut en effet intervenir à différentes étapes. Ici dès la conception, au lancement d'un programme, ou, lorsque l'expérimentation réussie, à son essaimage. L'idée étant qu'un maximum de citoyens puissent bénéficier des solutions innovantes dès lors qu'elles sont duplicables à un autre territoire."

 

©Mourad Chefaï / Macif